Culture/ Promotion des danses urbaines : Volonté de valorisation

C'est l'objectif que se fixent désormais la Fégadu et son président, Dimitri Pyssame, afin de rendre ces créations locales davantage dynamiques. Histoire de les propulser beaucoup plus à l'international, tout en les inscrivant dans la durée.

Dimitri Pyssame, président de la Fédération gabonaise des danses urbaines (Fégadu), pense à codifier ces créations pour mieux les valoriser. Dynamiques et originales, les danses urbaines gabonaises (Bôlô, Ndem, Jazzé, Bagando-classique, Mabé, Ntcham, Oriengo...) trouvent un large écho, au Gabon comme à l'étranger. " C'est un pari à relever pour les rendre plus authentiques (...) et faire en sorte qu'elles puissent être enseignées (...) dans les écoles", indique Dimitri Pyssame.

" Tous les steps (ou pas) de ces danses urbaines (...) s'inscriront dans la durée et profiteront aux futures générations. De nombreuses danses n'ont pas résisté à l'usure du temps justement parce qu'elles n'ont pas été codifiées au moment où elles étaient en vogue. (...) ", ajoute M. Pyssame.



Frédéric Serge Long


Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon Culture & Société Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.