La braderie de LBV : le nouveau rendez-vous des chasseurs de bonnes affaires

La braderie de LBV : le nouveau rendez-vous des chasseurs de bonnes affaires

Ce dimanche après-midi, au lieu-dit 2AG, après le carrefour Sablière en direction de la commune d’Akanda, des commerçants d’un autre genre se sont réunis. Ils proposent à la vente, à des prix bradés, des marchandises de leur magasin ou même de leur dressing.

Certains sont seuls, d’autres se sont regroupés à deux ou trois pour profiter de cet espace de vente et écouler leurs articles. Au stand 25, par exemple, des soutanes customisées avec du pagne africain et des robes dans le même style sont proposées.

Il y a aussi des ensembles de literie en pagne et en soie. Clincya Fayolle, la vendeuse, est quelque peu déçue par le manque d'affluence. Ayant participé à la dernière braderie en ce lieu, elle se souvient d'une grande affluence.Ayant participé à la dernière braderie en ce lieu, elle se souvient d'une grande affluence.

Alors, elle s'interroge sur les raisons de ce manque d'engouement : "Je pense à une communication timide." Au stand 26, on vend des dessous affriolants, des sacs pour dames, des parfums… Ici aussi, on se plaint de l’absencede monde, contrairement aux éditions précédentes. Au stand 27, deux vendeuses proposent de faux ongles, des articles pour enfants, des robes de soirée et autres tenues de cocktail.

Les deux jeunes dames ont réussi à récupérer le prix de location du stand, puis plus rien. "Ça manque de visiteurs", constatent-elles à leur tour.

Au milieu des grands, parce que la braderie est ouverte à tout le monde, Camille, 8 ans, Clara, 10 ans, et Naya, 8 ans, ont également loué un stand pour vendre des vêtements et des chaussures devenus trop petits pour elles.

"On a vendu pour 120 000 francs et on s'est partagé le gain", partage la petite Camille, brandissant avec fierté son pactole qu’elle tient fermement dans une main.

Si d’un côté on a des vendeurs, de l’autre il faut des chineurs, ces inconditionnels de ces lieux, toujours en quête de la bonne affaire. Judith Bibang en fait partie. C’est une habituée. "Je chine de bonnes affaires".

---

vous avez lu 50% de cet article.Retrouvez-le dans notre journal en version numerique en cliquant sur le lien: www.e-kiosque-sodipresse.com

---

 

Line R. ALOMO

Libreville/Gabon

Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Both <img> and <iframe> elements are lazy-loaded.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Les 3 derniers articles Faits-Divers et Justice