Projet de réhabilitation des 10 aéroports provinciaux du Gabon : Où est passé l’argent ?

LE président de la CGPMEI a animé, dernièrement, une conférence de presse à son siège de batterie IV afin d’exiger l’ouverture d’une information judiciaire sur les «travaux de réhabilitation des 10 aéroports gérés par l’unité d’exécution du projet».

Selon Emmanuel Zue, si l’argent a bel et bien été décaissé sans servir au financement des travaux, il a ensuite été restitué par certaines entreprises en charge des travaux. Or, cet argent n’est jamais revenu dans les caisses de l’Etat, affirme-t-il.

« A ce jour, c’est le contribuable gabonais qui se charge de rembourser cette dette contractée par l’Etat qui s’est volatilisée dans les couloirs du ministère des Transports. Comment autant d’argent a pu se volatiliser », s’interroge t-il.

D’après les informations dévoilées par la CGPMEI, le projet de réhabilitation et de modernisation des aéroports regroupait 4 lots dont la construction des aérogares, de tours de contrôle, de logements annexes ainsi que la réhabilitation de chaussées et de clôtures. L’opération concernait les villes de Lambaréné, Koula-Moutou, Tchibanga, Oyem, Bitam, Franceville, Port-Gentil, Makokou et Omboue. Le tout pour un coût de 41 milliards de francs, supporté par l’Etat gabonais et les bailleurs de fonds (BAD, BID, BDEAC et fonds Koweïtien), respectivement à hauteur de 16 et 25 milliards de francs.

Le président de la CGPMEI a également profité de cet échange avec les journalistes pour attirer une nouvelle fois l’attention des autorités sur la gestion scabreuse du dossier de la gabonisation de la profession de conducteur de taxi.

« De 2011 à 2013, des fonds ont été alloués à ce projet et la gestion scabreuse qui s’en est suivie mérite un regard judiciaire dans cette affaire. Il est inadmissible que des compatriotes qui ont la responsabilité quotidienne de la mise en œuvre de la politique nationale de développement, continuent à confondre le portefeuille personnel et familial avec les deniers publics consacrés au profit du plus grand nombre d’entre nous », a fustigé Emmanuel Zue Marcos qui a exigé, ni plus ni moins, le remboursement intégral des sommes perçues.

MSM

Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon économie Gabon

Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.