Présentation du jeu éducatif "Je connais mon pays", à l'Institut français du Gabon : Favoriser les apprentissages fondamentaux

Réalisé avec le soutien de la Fondation Raponda-Walker pour la science et la culture, et validé par l'Institut pédagogique national (IPN), ce jeu, conçu par Estelle Dossamou, une compatriote, est en rapport avec l'environnement physique et les réalités socio-économiques du Gabon.

LE jeu de société “ Je connais mon pays”, inventé par notre compatriote Estelle Dossamou, et qui fait découvrir et apprendre l'histoire du Gabon de manière ludique, a été présenté, samedi, à la salle Madeleine-Renaud de l'Institut français. En présence de Justine Mintsa, représentant la Primature, Boubacar Noumansana, directeur du Bureau régional pour l’Afrique centrale de l’Organisation internationale de la Francophonie (Brac), Guy Rossatanga-Rignault, président de la Fondation Raponda-Walker pour la science et la culture, et d'autres personnalités des mondes de la culture et de l'éducation.

Pour l'inventrice, ce jeu, conçu par une PME éponyme, est un concept national et surtout un acte patriotique, en ce qu'il a pour objectif de faire en sorte que les enfants gabonais retiennent, à travers lui, les valeurs véhiculées par le riche patrimoine culturel du pays.



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon Culture & Société Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.