Accès à l’énergie : entre doute et espoir

Accès à l’énergie : entre doute et espoir

Le vaste plan d’urgence de 11 milliards de francs annoncé par la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), afin de combler le gap énergétique du Gand Libreville et de l’intérieur du pays est accueilli avec prudence par les populations, longtemps désabusées par ces annonces en fanfare. Cependant, à la direction générale de l’entreprise, on rassure que ces projets en cours de réalisation vont impacter des milliers de foyers d’ici la fin de l’année 2020. Wait and see.

La Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) va-t-elle réussir à définitivement faire taire les critiques sur son incapacité à alimenter correctement Libreville et les grands centres urbains du pays en eau et en électricité ?

En effet, depuis des dizaines d’années, la problématique de l’accès à l’énergie reste l’un des talons d’Achille du gouvernement et l’une des principales pommes de discorde que l’Exécutif entretient au quotidien avec son principal partenaire, la SEEG. Quartiers entiers dépourvus d’eau et d’électricité ou de qualité médiocre, coupures incessantes, mauvaises dessertes, stress hydrique au quotidien… À force de collectionner les griefs à son encontre, les populations sont devenues de plus en plus sceptiques et dubitatives devant les nombreux projets annoncés par l’entreprise. En cette période de crise sanitaire et de récession économique, les habitants du Grand Libreville et de l’intérieur du pays, déjà fragilisés moralement, peinent à croire à la concrétisation du besoin le plus essentiel d’un foyer moderne : l’eau et l’électricité.

Pourtant, du côté de la SEEG, on se veut rassurant et prêt à rétablir la confiance longtemps perdue avec les populations, à travers un projet d’envergure d’adduction d’eau et de fourniture d’électricité. En effet, à la faveur d’un petit-déjeuner de presse organisé le 3 septembre dernier, le directeur général de la SEEG, Alain Patrick Kouma, a dévoilé un vaste plan d’investissement de 11 milliards de francs sur 6 mois pour combler une partie du gap énergétique que connaît le pays. Il s’agit de la réalisation de 13 projets dans le Grand Libreville et l’arrière-pays.



Maxime Serge MIHINDOU



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon économie
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Both <img> and <iframe> elements are lazy-loaded.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.