TAEKWONDO : Urgence Mouega : de Maputo à Dakar, à nouveau le temps des promesses pour la taekwondoïste gabonaise

Gabon : Urgence Mouega, de Maputo à Dakar

TAEKWONDO• DIX ans ou presque. C'est la durée qu'il a fallu pour que "La Concorde" retentisse de nouveau avec Urgence Mouega-Mouega sur la plus haute marche d'un podium continental.

Que de promesses pourtant soulevées après une première médaille d'or remportée le 13 septembre 2011 aux Jeux Africains de Maputo (Mozambique) ? La jeune athlète gabonaise, alors juste âgée de 17 ans, avait, en effet, été couronnée après une belle démonstration de force. Avec un nouveau statut et des ambitions plus grandes, la suite du parcours n'épousera malheureusement pas la trajectoire espérée pour celle qui devait être le pendant féminin d'Anthony Obame qui a, lui, approché ou atteint les sommets africains (deux titres de champions) et planétaires (une médaille d'argent olympique et un titre mondial).

L'obtention d'une bourse olympique en octobre 2014 et le départ pour l'Espagne où Mouega retrouvera son prestigieux compatriote, auraient pourtant dû être le tournant décisif pour un envol international définitif. Mais au sein de l'écurie d'élite basée à Majorque et dirigée par l'Espagnol Juan Antonio Ramos Sanchez (ancien double champion du monde et entraîneur de l'équipe de France), les progrès ne sont pas fracassants. Comparativement à l'Ivoirienne Ruth Gbagbi qui, venue de son pays en 2016 (en même temps que son compatriote Cheikh Sallah Cissé) et passée comme Mouega de la catégorie des -62 kg à celle de -67, a pris une dimension mondiale. Avec notamment un titre de championne du monde 2017, numéro un mondial des -67 kg, plusieurs grands prix et opens majeurs remportés. En plus des Jeux Africains 2 015 et un cinquième sacre au championnat d'Afrique (trois en -62 kg et deux en -67) décroché le week-end écoulée à Dakar.

Tant d'athlètes se contenteraient de la moisson continentale enregistrée depuis la consécration de l'ancienne championne du Gabon à Maputo. Mais vu son potentiel, des conditions d'entraînement optimales et des tableaux parfois favorables en compétition, Mouega aurait pu faire mieux que deux médailles de bronze aux Jeux Africains (2 015 et 2 019), une médaille d'argent et deux de bronze aux championnats d'Afrique (2016, 2 014 et 2 012) et quelques accessits dans les opens.

Retrouver les sommets avec une catégorie différente et y demeurer plus longuement pourrait être une piste à explorer.

Pour ce faire, se réapproprier un état d'esprit d'athlète de haut niveau et rester avide de nouvelles conquêtes seront indispensables. Non seulement pour confirmer la renaissance de Dakar, mais également renvoyer l'ascenseur à l'État gabonais qui a fait d'elle une boursière olympique et membre d'une structure d'élite aux nombreuses sources d'inspiration.

James Angelo LOUNDOU

Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon sport

Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Both <img> and <iframe> elements are lazy-loaded.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.