Deuil : Jules-Aristide Bourdes Ogouliguende n'est plus !

Comme il a vécu ces dernières années, Jules-Aristide Bourdes Ogouliguende (JABO), 80 ans, s'en est allé, hier, dans le silence, des suites d'une courte maladie.

Homme de convictions, il laisse sa famille politique orpheline d'un acteur important. Il est connu pour avoir claqué la porte du Parti démocratique gabonais (PDG) en 1993, alors qu'il était président de l'Assemblée nationale, dans le cadre de la première Législature post-Conférence nationale. Retour sur le parcours d'un politique rigoureux.

Jules-Aristide Bourdes Ogouliguende est né le 28 février 1938 à Libreville. Il fit ses études primaires et secondaires à Libreville, Port-Gentil et Brazzaville au Congo. Il obtient son baccalauréat à l'académie de Bordeaux en France. Il sort nanti, au terme de ses études universitaires, d'un doctorat d'Etat en droit (option histoire du droit et des institutions), et décroche en sus un diplôme d'études supérieures de Sciences criminelles, ainsi qu'un autre de l’École de la Magistrature française.

Sur le plan professionnel, l'homme intègre la magistrature gabonaise en 1968, en tant que substitut stagiaire du procureur de la République près le tribunal de Libreville. Avant d'être, au début des années 1970, conseiller juridique au ministère de la Justice, vice-président de la chambre judiciaire de la cour judiciaire, et président de ladite chambre.

C'est en 1976 qu'il entame sa longue carrière politique. Il est nommé ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative. Tout en gardant le même porte-feuille, il lui est adjoint celui de la Justice, Garde des Sceaux (1978). Puis, il est promu ministre d'Etat, ministre du Travail et de l'Emploi en août 1981. Deux ans plus tard, le professeur qui donne des cours à la Faculté de Droit et Sciences économiques de l'Université Omar-Bongo, devient ministre d'Etat, chargé de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique, de l'Environnement et de la Protection de la nature (1983). Il conservera se poste jusqu'à l’avènement du multipartisme en 1990.

Dans les années 1990, Jules-Aristide Bourdes Ogouliguende marquera de son empreinte cette période plutôt dense. Après la Conférence nationale, et ce jusqu'en octobre 1990, il est successivement ministre d'Etat, ministre du Commerce, de la Consommation, de l’Agriculture. Dans la même foulée, il est l'un des rares députés PDG élu dans la fournaise marigovéenne, fortement dominée par l'opposition naissante. Au sortir de laquelle élection, il est porté à la tête de l'Assemblée nationale, le 20 novembre 1990. Une Législature marquée par des débats et des auditions qui en fait une des meilleures de l'histoire du pays.

Trois ans plus tard, des divergences au sein de son parti d'alors, le PDG, le poussent, à la surprise générale, à quitter cette formation politique et à démissionner du perchoir. Il est candidat à l'élection présidentielle de décembre 1993 où il est largement battu par son ancien mentor Omar Bongo Ondimba. En 1994, il crée avec d'autres acteurs politiques, le Congrès pour la démocratie et la justice (CDJ). Un parti de l'opposition dont il sera le leader jusqu'à son dernier souffle.

Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon politique Gabon

Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Both <img> and <iframe> elements are lazy-loaded.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.