Petit angle : Un projet sauvé de justement

Ceux qui suivent de près le projet Manioc de la Cémac, depuis son lancement en 2011, ont retenu que son exécution au Gabon a connu deux grandes phases. La première allant de 2011 à 2015 a été chaotique, conduisant le Prasac a changé d'équipe dirigeante.

La première phase a surtout été marquée par des problèmes de gouvernance ou plutôt de forts soupçons de malversations. Du coup, les travaux de recherche ont pâti de cette gouvernance. C'est aussi en 2015 que l'Union Européenne arrête ses contributions. La seconde phase, de 2015 à maintenant, sera supportée par la Commission de la Cémac.

Qualifiée de phase de sauvetage, c'est Richard Ekazama qui sera chargé de sauver le projet. Si le délégué national du Prasac s'est montré peu bavard sur la gouvernance financière du projet de 2011 à 2019, les présentations faites par les responsables des modules de recherche ont permis de se rendre compte que très peu de moyens financiers ont été mis à la disposition des chercheurs gabonais après 2015.

On parle de 11 millions de francs seulement. Très insuffisant pour déployer la recherche-développement sur le manioc sur l'ensemble du territoire national. Certaines équipes de scientifiques n'auront reçu que 2 millions de francs à cet effet.



I.M'B.



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon économie
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.