Entretien : DG de la Géologie et de la Recherche minière

Faisant le bilan des investissements dans le secteur minier national en 2017, le Directeur général de la Géologie et de la Recherche minière évoque, dans cet entretien, le formidable potentiel (fer, or, marbre, plomb, zinc…) dont regorge le pays et qui rentrera bientôt en exploitation.

L’Union : Quel bilan d’activités peut-on dresser du secteur minier gabonais en 2017 ? La crise a-t-elle eu un impact négatif sur le résultat des sociétés minières installées au Gabon ?

 

Francis Mayaga Mikolo : Le nombre d’opérateurs miniers effectuant la recherche minière au Gabon, en vue de découvrir de nouveaux gisements s’élevait à trente-cinq (35) en 2017. Le montant global investi en 2017, dans l’exploration par les opérateurs miniers en phase de recherche, s’élève à environ à 4,4 milliards de francs, en net repli par rapport à 2015 et 2016. Cette situation est due à la crise à l’échelle mondiale, marquée notamment par une baisse des cours des métaux et les difficultés pour les sociétés d’exploration de lever des capitaux sur les places boursières internationales (Toronto, Londres, Australie, etc.) et auprès des Fonds d’investissement destinés à la recherche minière. S’agissant de l’exploitation minière, nous enregistrons, pour la même année, un total de 107 titres comprenant : 2 concessions minières (Comilog et Noga) plus celle de la Comuf ; 2 grandes mines (CICMHZ et RGGG); 12 petites mines et 91 carrières. La crise a eu un impact très négatif surtout dans le domaine des carrières qui a vu les carnets de commandes chuter drastiquement. Vous savez pertinemment que la demande des matériaux des carrières est surtout exprimée par les sociétés engagées dans les travaux publics. Or, la réduction des chantiers liés aux TP entraîne des impacts négatifs sur les sociétés d’exp...

Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon économie

Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.