Entretien avec le président du Conseil africain des régulateurs de Smart africa... : … Lin Mombo : “ Réduire les coûts de communication entre les pays de l’espace Smart africain”

Le président du Conseil africain des régulateurs de Smart Africa, Lin Mombo, était récemment à Djibouti, où il a pris part, aux côtés de ses pairs, à la réunion dudit Conseil. Dans cet entretien, Lin Mombo revient sur les enjeux de la réunion de Djibouti, explique les missions du Conseil africain des régulateurs de smart Africa, et dresse un regard positif sur le Réseau africain unique.

L'Union. Vous revenez de Djibouti où vous avez pris part à la réunion du Conseil africain des régulateurs de Smart Africa que vous présidez d'ailleurs. Pouvez-vous nous présenter l'Alliance Smart Africa?

Lin Mombo : Je tiens à vous remercier pour l’honneur que vous me faites de partager avec vous les efforts consentis par l’Alliance Smart pour la construction d’un univers unique du numérique en Afrique. Surtout du point de vue de notre pays le Gabon, en qualité de pays membre fondateur de cette alliance. L’Alliance Smart Africa est une alliance entre des gouvernements africains, présidée par le président du Rwanda Paul Kagame. Elle vise à assurer un accès abordable aux larges bandes et aux TIC, à travers la construction d’infrastructures de télécommunications africaines qui permettraient de connecter toute l’Afrique. Cette alliance a été créée le 29 octobre 2013, en marge du Sommet Transform Africa où les chefs d'État de sept pays, le Burkina Faso, le Gabon, le Kenya, le Mali, l’Ouganda, le Soudan du Sud, et le Rwanda ont adopté le manifeste Smart Africa qui a été approuvé lors de la Conférence de l’Union africaine, en sa 22e session des 30 et 31 janvier 2014, à Addis-Abeba en Éthiopie. Le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, est ainsi membre fondateur de l’Alliance Smart Africa. A ce jour, elle est composée de vingt-quatre États membres qui représentent un marché de six cent millions de personnes, à savoir : l’Afrique du Sud, l’Angola, le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la République Démocratique du Congo, la Cote d’Ivoire, Djibouti, l'Égypte, le Gabon, le Ghana, la Guinée, le Kenya, le Mali, le Niger, l’Ouganda, le Rwanda, Sao Tome et Principe, le Sénégal, le Sud Soudan, le Tchad, le Togo, la Tunisie et la Zambie.

...



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon économie
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Both <img> and <iframe> elements are lazy-loaded.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.