Rencontre du Syndicat autonome des taxis du Gabon à Libreville : Le carburant, les syndicats illégaux et la multiplicité des contrôles au menu

Réunis le week-end dernier au siège de la Confédération syndicale gabonaise (Cosyga) à Libreville, les membres du Syndicat autonome des taxis du Gabon (Satag) se sont insurgés contre trois situations préoccupantes de leur secteur d'activité : la hausse du prix du carburant, la multiplicité des contrôles de police et de gendarmerie et celle de ''faux'' syndicats du secteur des transports.

Sur le prix du carburant, le président du Satag, Jean Stanislas Choukou Leboundou, estime que cette hausse n'est pas de nature à encourager les taximen à maintenir le prix du taxi à son plus bas niveau de 100 francs, mais plutôt pour les pousser à raccourcir les trajets de ce montant-là.

Pour lui, il est plus que nécessaire que les autorités compétentes arriment leurs prix à ceux des voisins qui ont des prix moins élevés alors qu'ils ne sont même pas des pays producteurs de pétrole.

Quant aux contrôles multiples et aux actes contre-nature (le fameux racket) effectués par les agents en uniformes, le président du Satag estime que ces actes n'émanent pas de la hiérarchie policière ou de la gendarmerie, mais plutôt des individus eux-mêmes qui, au lieu de faire correctement leur travail, tombent dans les travers qui ternissent l'image de ces corps de défense et sécurité. À cet effet, il a invité leur hiérarchie à doubler de vigilance pour mettre un terme à cette pratique de nature à augmenter indirectement le prix du taxi.



F. M. MOMBO



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon Culture & Société
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.