Partenariat scientifique Gabon-Institut Pasteur : Où en sommes-nous, quatre ans après ?

On avait salué le partenariat entre notre pays et l'Institut Pasteur dans la lutte contre la tuberculose. Mais les résultats de cette alliance se font toujours attendre.

LE 11 mars 2013, l’État gabonais avait scellé plusieurs partenariats de recherche avec l'Institut Pasteur et les universités de Poitiers, Lyon et de Stanford. Pour la partie gabonaise, les signataires étaient les ministres de la Santé, le Pr Léon Nzouba, et celui de l'Education nationale en charge de la Recherche scientifique, Séraphin Moundounga. Pour l'Institut Pasteur, le Pr Antony Pugsley. L'université de Poitiers, le Pr El Albani Abderrazzak, et pour l'université de Stanford, le Pr Carlos Bustamente.

La recherche sur la tuberculose, objet d'une convention spécifique, l'Institut Pasteur, par son appui, devait permettre d'arrêter la propagation de cette maladie, en améliorant son diagnostic et son traitement. Le Gabon affichant l'ambition devenir un acteur majeur de la lutte contre cette endémie. D'où le souhait des plus hautes autorités de voir ce projet d'importance capitale se matérialiser, car il devait permettre la découverte de nouvelles molécules devant contribuer à l'éradication de cette maladie. Une véritable solution pour lutter contre la tuberculose multirésistante qui sévit actuellement.



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon Culture & Société Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.