Fourniture d'eau à Libreville : le calvaire d'Alibandeng et les autres

Fourniture d'eau à Libreville : le calvaire d'Alibandeng et les autres

LA Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG) donne l'impression de dormir sur ses lauriers pendant que les populations vivent le calvaire

LA Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG) donne l'impression de dormir sur ses lauriers pendant que les populations vivent le calvaire. Sinon comment comprendre que certains quartiers de la capitale gabonaise soient privés d'eau pendant des jours, voire des semaines et des mois ? S'interroge-t-on seulement sur leur difficulté à vivre sans ce liquide précieux ? Si certaines zones de Libreville sont approvisionnées en eau de façon sporadique, ailleurs la situation est bien plus grave. On observe des coupures d'eau de plus de deux semaines, voire des mois. Et aucune explication n'est donnée aux populations quant à ce problème qui perdure et tend malheureusement à devenir normal. Au quartier Alibandeng dans le 1er arrondissement par exemple, une partie de la population est privée d'eau tandis que l'autre en bénéficie 7 jours sur 7 jours et 24 heures sur 24. Cette situation plus au moins paradoxale suscite des interrogations dans cette partie de la capitale.

" Si la SEEG prend à bras-le-corps le cas d'Alibandeng, elle peut trouver des solutions au problème d'eau que nous connaissons. Une partie du quartier a l'eau 24 heures sur 24 tandis que l'autre (le côté droit allant du petit marché au carrefour Imagine) connaît des difficultés d'approvisionnement en eau potable ", s'indigne Pulchérie, une riveraine. Pour avoir le précieux liquide, il faut parcourir des kilomètres à pied et se rabattre sur la pompe publique la plus proche.

Ceux qui possèdent des véhicules sont obligés d'aller d'un quartier à l'autre pour faire le plein des récipients chez des connaissances qui n'ont aucun souci d'eau. C'est le quotidien de la plupart des Librevillois dans beaucoup d'autres quartiers de la capitale. Une situation très difficile pour ces citadins qui, paradoxalement, continuent de recevoir mensuellement des factures salées d'eau alors qu'ils n'ont pas reçu la moindre goutte depuis des semaines ou des mois. Et les responsables de la Société sont bien au courant de cette situation ubuesque. Qui parle encore de l'eau, source de vie ?



Prissilia M. MOUITY



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon Culture & Société
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Both <img> and <iframe> elements are lazy-loaded.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.