Développement des infrastructures locales : PDIL II : quel bilan à mi-parcours ?

L'atelier de restitution des premiers constats de la mission d’évaluation à mi-parcours du Projet de développement des infrastructures locales phase II (PDIL II) a été ouvert, dernièrement, en présence de la représentante-résidente de la Banque mondiale au Gabon, Alice Ouédraogo.

Financé par un prêt de la Banque mondiale pour une durée de cinq ans, à hauteur de 59,6 milliards de francs et exécuté par la commission nationale des Travaux d’intérêt public pour la promotion de l’entrepreneuriat et de l’emploi (TIPPEE), le PDIL II est mis en œuvre sur la base des contrats de ville signés entre l’État et les municipalités bénéficiaires du projet. Et obéit à une approche participative initiée dans le PDIL I.

Cette deuxième phase du PDIL a pour objectifs principaux d’améliorer les infrastructures des quartiers précaires des villes cibles, essentiellement les neuf chefs-lieux de provinces ; d’améliorer l’environnement commercial et financier des PME par le renforcement de leurs capacités techniques et managériales. Mais aussi, de renforcer et réformer les municipalités, afin d’améliorer leur capacité opérationnelle et leur gouvernance, dans le but de mieux les préparer à assumer la décentralisation.



AEE



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon économie
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.