Libreville / Agression nocturne : Du sang plein les mains

Ils rentraient paisiblement à leur domicile. Une soirée sans histoire. C'est au coin de la rue, quartier Venez-Voir, que les choses ont salement tourné. Un couteau, la mort.

Comme à l'accoutumée, le scénario est très ordinaire. Trois amis qui rentrent de nuit, une soirée banale, sans histoire. Ndumbe Ousmane est un homme tranquille. Trente-cinq ans, Camerounais, un physique qui inciterait plutôt les méchants à la prudence. Mais cette fois, ce ne sera pas le cas. C'est ici, dans ce coin discret du 3ème arrondissement, que le groupe croise Manuel Ass. Ess. et ses amis. De toute évidence, l'heure n'est pas aux civilités. Braquage en règle, premiers échanges de coups. Ndumbe Ousmane fait parler sa puissance.

Face à la situation, mal engagée, Manuel se serait armé d'un couteau appartenant à Landry Gaël Mb., l'un de ses complices. Il en assène cinq coups au Camerounais: à la tête, à l'épaule droite, aux flancs gauche et droit avec perforation d'un poumon, et un dernier sur l'omoplate. Telles seront les conclusions de l'autopsie. Le sang coule d'abondance et les agresseurs prennent la fuite. Évacué par ses amis sur le CHUL, Ousmane rendra l'âme peu après.

Parti se réfugier dans le Woleu-Ntem, Manuel Ass. Ess. sera rattrapé deux jours plus tard. L'arme du crime est également retrouvée. Les portes de la prison lui sont grandes ouvertes, comme pour ces complices. (Paru le 5/11/2016)



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Justice & Faits divers au Gabon Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.