Jean de Dieu Moukagni-Iwangou : "Je n'ai de leçon à recevoir de personne"

De son entrée au gouvernement à la crise que celle-ci a déclenché au sein de "Union et Solidarité (US), la formation politique qu'il dirige, le candidat déclaré au 1er arrondissement de la commune de Mouila aux prochaines élections législatives, revient également sur d'autres sujets d'actualité. Entre autres, le mode de désignation des recteurs et responsables de grandes écoles, etc.

L'Union. Le processus de désignation des recteurs d’universités et directeurs généraux des grandes écoles connaît quelques soubresauts, monsieur le ministre d’État, de manière concrète, quel est le mode opératoire de désignation de ces responsables ?

 

Jean de Dieu Moukagni-Iwangou : Le processus de désignation des recteurs des universités et des directeurs généraux des grandes écoles est une belle expérience qu’il m’a été donné de vivre dans le chantier exaltant de la construction du pays. A cette date j’en tire deux leçons. La première leçon est la démarche inclusive observée par le gouvernement dans l’élaboration de cette réforme. Il faut savoir qu’en raison de leur position, tous les chefs d’établissements ont été associés à l’élaboration de la réforme.

A ce titre, ils sont la parfaite interface, aussi bien pour descendre l’information à la base, à la communauté universitaire afin que celle-ci suive le processus, que pour la remonter à la tutelle, afin qu’elle soit prise en compte. Deux textes ont résulté de ce mariage de raison. Il s’agit d’abord du décret 00216/PR/MESRSFC du 28 juillet 2017 qui fixe la procédure de désignation des chefs d’établissements publics d’enseignement supérieur, et de l’arrêté 001/MESRS/CABM du 23 janvier 2018 qui fixe les modalités d’application dudit décret.

Que retenir de chacun de ces textes ?

En ses articles 2 et 3 le décret 00216/PR/MESRSFC indique les conditions d’éligibilité qui tiennent, d’une part, au statut - il faut être enseignant permanent - et, d’autre part, à l’expérience professionnelle (10 ans pour être recteur et 5 ans pour être directeur général de grande école). Enfin, au grade: enseignant de rang magistral pour être recteur, et maître assistant pour être directeur général de grande école. L’arrêté 001/MESRS/CABM indique les conditions de recevabilité du dossier de candidature.

Pour tout candidat, l’article 3 exige une demande manuscrite, la première prise de service, l’acte constatant le grade, le projet de gouvernance institutionnelle et le curriculum vitae. S’agissant des recteurs et directeurs généraux en place, désirant être reconduits, l’article 10 leur exige la production d’un bilan. A ce niveau, ce que vous appelez soubresaut, c’est le fait insolite d’un chef d’établissement aya...

Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon politique

Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Both <img> and <iframe> elements are lazy-loaded.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.