Jean-Marc EKOH (homme politique) : AU BOUT DE SES IDEES

Jean-Marc EKOH est un homme de conviction. Peu lui importe le sens du courant, ce sont ses certitudes qui le guident. Et cette intransigeance lui a valu bien des tracas.

 

Jean-Marc EKOH / L'enseignant

 

Né en 1929, à Nkoaloa (Bitam dans le Woleu-Ntem), Jean-Marc EKOH suit de modestes études entre l'école protestante d'Ayananga'a (1937-39) et l'école Mfoul d'Oyem où il obtient son certificat d'études primaires indigènes (CEPI). Admis aux cours complémentaires, il est inscrit à Lambaréné et sort en juin 1945, avec son diplôme de moniteur, assorti de la mention "admis à enseigner". Pendant une bonne décennie, Jean-Marc EKOH ira ainsi d'école en école. Durant cette même période, il préside aussi au Conseil de la jeunesse du Gabon. Une implication importante puisqu'il représentera le Gabon en 1961, à l'Assemblée mondiale, tenue aux Etats Unis.

Jean-Marc EKOH / Socialiste convaincu

Le début de son engagement politique date de 1957. Le 31 mars, Jean-Marc EKOH est élu à l'Assemblée territoriale du Gabon, avant de devenir député du Woleu-Ntem, sous les couleurs de l'Union démocratique et socialiste du Gabon (UDSG). A compter de ce moment, Jean-Marc EKOH va occuper différents postes ministériels. Dans son premier gouvernement, Léon Mba lui confie le portefeuille du Travail, de la Jeunesse et des Sports, avant de le nommer à l'Education nationale, un ministère dont il s'occupe jusqu'en 1962. L'homme est jeune, et à l'image d'autres enseignants illustres de l'époque, comme Léopold Sédar Senghor, il place l'intérêt populaire au centre de son engagement. Le putsch militaire du 17 février 1964 le voit en toute logique rejoindre le gouvernement provisoire de Jean-Hilaire Aubame. L'aventure tourne court. Jean-Marc EKOH est jugé et incarcéré à la maison d'arrêt de Libreville.

Jean-Marc EKOH / le retrait politique

Trois ans plus tard, Jean-Marc EKOH est acquitté. Si son caractère entier lui a causé quelques tracas, personne ne discute ses qualités humaines et son intégrité. En 1967, Omar Bongo le rappelle a ses côtés et lui confie le secrétariat d'Etat à l'Habitat et à l'Urbanisme. Le chantier est vaste, il peut amener du bien-être aux populations, et Jean-Marc EKOH s'y intéresse. Mais une fois encore, la façon de conduire les dossiers, les prises de positions opportunistes de certains, le forcent à renoncer. Il ne trouve plus sa place dans le milieu politique et préfère revenir dans son Woleu-Ntem natal.

Le restant de sa vie, Jean-Marc EKOH le passera entre Bitam et la capitale. S'il intervient sur une question ou une autre, le franc-parler est resté le même. Qu'il s'agisse de la sphère sociale ou politicienne, Jean-Marc EKOH a conservé cette même liberté de parole. Les années n'y ont rien changé.

Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon politique Gabon

Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.