Usurpation d’identité : Xiao Duo circulait avec le passeport de son compatriote depuis 3 ans

L'idée selon laquelle les Asiatiques se ressemblent en général vient d’être amèrement expérimentée par Xiao Duo, un Chinois de 46 ans, arrêté le samedi 25 juin.

Il lui est reproché d’avoir dérobé le passeport d’un certain Lai Wei, un de ses collègues rentré en Chine en 2013, pour qui il se faisait désormais passer. Déféré devant le procureur de Makokou, le lundi 27 juin, il a été placé en détention préventive pour usurpation d’identité et immigration clandestine.

C'est au cours d'un contrôle de police au village Iyoko-Ngota, à environ 10 km de Makokou, que le véhicule à bord duquel se trouve le Chinois va-t-il y être soumis au contrôle.

Lors de la vérification d’identité, le sujet asiatique brandit aux agents un passeport. Les flics y descellent des incohérences. Ils remarquent une grande différence entre la photo du passeport et les traits de l'homme qui se trouve en face deux.

Malgré les assurances données aux limiers, pour faire croire que le passeport est bel et bien le sien, le Chinois est arrêté et conduit au poste de police. C’est là-bas que tout va enfin se savoir. En effet, après avoir décliné son vrai nom lors de l’audition, Xiao Duo - et non Lai Wei - révèle aux enquêteurs qu’il aurait foulé le sol gabonais en 2010. Comme quoi, tous les Chinois ne se ressemblent pas finalement tant que ça ! (Paru le 30-6-16 ).



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Justice & Faits divers au Gabon Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.