Recel à Minvoul : Voleur volé

., E., N., Gabonais, la vingtaine révolue, a été interpellé par les gendarmes de la brigade de Minvoul, le chef-lieu du département du Haut-Ntem, le mercredi 16 novembre dernier. Il est poursuivi pour recel de l'argent dérobé par son frère aîné, M., mi-N., actuellement en détention préventive à la maison d'arrêt d'Oyem.

L'Union du 18 octobre 2016 rapportait que deux hommes, Thierry N., Camerounais, et M. mi-N., Gabonais, auraient commis un vol aggravé, au cours duquel ils auraient dérobé la somme de 940 000 francs à leur colocataire, Imelda E. E.,. Mais à l'interrogatoire des mis en cause à la gendarmerie, les enquêteurs n'ont pu tirer la moindre information sur la destination du butin. C'est là que B., E., N., entre en scène. Car, il aurait découvert la cachette de son aîné.

Le 11 novembre, les habitants de Minvoul-centre sont étonnés de voir le jeune homme dépenser autant d'argent. « Après s'être offert un téléphone portable et des chaussures de marque, il était maintenant en train de négocier l'achat d'une motocyclette à hauteur de 300 000 francs. C'est donc à ce moment que des indics ont informé les agents», fait savoir un Officier de police judiciaire (OPJ).

Sur les 940 000 francs dérobés, B., E., N., ne reconnaît avoir trouvé que 150 000 francs. Déclarations fausses. Dans tous les cas, le présumé receleur a été transféré au parquet d'Oyem. (paru le 19-11-16)


SCOM


Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Justice & Faits divers au Gabon Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.