Entretien avec le procureur de Libreville : "Il s'agit de fake news"

L'information fait le buzz sur les réseaux sociaux. Une quinzaine d'élèves du CES public d'Akébé-Ville seraient décédés de façon suspecte et leurs corps abandonnés sur la plage du Tropicana. Pour vérifier cette information, nous nous sommes rendus hier au sein de cet établissement scolaire où on ne reconnaît que trois morts, à savoir : Nziengui Sougou René Wariss (4e B), Sissoko Marifoune (4e C) et Boukika Darlin Stessy (4e A). Un autre élève, Edou Sylvère, du collège privé Saint Dominique, s'est noyé, lui aussi, quelques jours plus tard, sur la plage du lycée Léon Mba.

 

Nous avons interrogé hier le procureur de Libreville, Steeve Ndong Essame Ndong, pour nous en dire davantage. Lecture.

 

 

 

 

Monsieur le procureur que pouvez-vous dire aux Gabonais à propos de l'affaire de la disparition d'une quinzaine d'élèves sur la plage de Libreville, qui fait le tour des réseaux sociaux depuis un certain temps?

 

 

Steeve NDONG ESSAME NDONG : Effectivement, il circule une rumeur depuis quelques jours faisant état d'une quinzaine d'élèves d'un établissement de la place qui aurait été assassinée à des buts rituels, communément appelés crimes rituels, et dont les corps auraient été abandonnés sur la plage. Il s'agit des fake news. En effet, ces informations sont infondées, non avérées. Ce sont des allégations tendancieuses, c'est de la manipulation, de la récupération à des fins politiciennes. 15 enfants morts ? Où sont les parents ? Pourquoi ne se signalent-ils pas ? Pourquoi ne portent-ils pas plainte ? Je précise également qu'aucune disparition concernant cette affaire n'a été à ce jour signalée, ni au parquet de Libreville, ni dans les services de police judiciaire de la même ville.

 

 

Ne dit-on pas qu'il n'y a pas de fumée sans feu ?

 

Les informations que nous avons reçues et les renseignements concordants en notre possession font état de ce que le 25 mai 2018, un groupe d'élèves du CES public d'Akébé-Ville se serait rendu à la plage du Tropicana pour se baigner. A la suite de cette baignade, les services compétents de la police et de la mairie m'ont informé, le lendemain, de la découverte macabre successivement de trois corps q...

Propos recueillis par JNE

Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Justice & Faits divers au Gabon

 

Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.