Affaire de l'enseignant Jacques Alain B, et le "meurtre" de l'étudiante Léna M. M. : La Cour de cassation renvoie les parties devant la Cour criminelle

Annulation de la condamnation rendu le 3 juin 2014, c'est la substance livrée, mardi, par les conseils de Jacques Alain B.

Le 17 décembre 2013, Léna Marcelle M. M. étudiante en psychologie à l'Université Omar-Bongo (UOB), est invitée par son enseignant, Jacques Alain B. à le rejoindre à l'ex-Fondation Jeanne -Ebori. Quelque temps plus tard, elle est retrouvée morte à la plage attenante au lieu dit. Avec, sur le corps, des blessures d'une extrême gravité.

Le 3 juin 2014, Jacques Alain B. est reconnu coupable du meurtre de cette étudiante, et condamné à 22 ans de prison, dont 5 ans avec sursis, assortis d'une amende de 50 millions de francs. Deux jours plus tard, après cette décision, le conseil de l'enseignant se pourvoit en cassation dans les formes et délais légaux.

Selon Me Zassi Mikala, la condamnation de B. fait suite au motif « qu'en quittant son domicile jusqu'à l'heure de son décès, Léna Marcelle M. M. était en sa compagnie». Alors que, selon le premier moyen, « il s'agit-là d'une indication de pure forme», qui ne renseigne ni sur l'imputabilité, ni sur la justification du dispositif du condamné.

Après cette plaidoirie, la cassation à annuler l'arrêt du 3 juin 2014. Elle renvoie, de ce fait, l'accusé devant la même Cour. (Paru le 14-4-16 ).



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Justice & Faits divers au Gabon Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.