ZIMBABWE-ÉCONOMIE-DEVISES-INFLATION-BANQUE : Le Zimbabwe imprime de nouveaux billets au risque de renouer avec l'hyperinflation

Pour pallier un manque de liquidités, le Zimbabwe, qui a abandonné sa devise nationale en 2009, va imprimer des billets indexés sur le cours du dollar américain. Une décision susceptible de faire replonger dans l'hyperinflation ce pays toujours embourbé dans une grave crise économique (selon l'AFP).

Jeudi, des centaines de Zimbabwéens faisaient la queue devant les banques pour retirer du liquide, après une série d'annonces de la Banque centrale pour faire face à la pénurie de devises étrangères. Le gouverneur de la Banque centrale, John Mangudya, a notamment décidé mercredi de limiter les retraits quotidiens à 1.000 dollars ou 20.000 rands sud-africains.

Depuis 2009, le Zimbabwe n'a plus de devise nationale. Le dollar zimbabwéen a été abandonné car il était devenu inutilisable à cause d'une inflation folle, de l'ordre de plusieurs milliards de pour cent en 2008 selon des économistes: pour payer ses courses, il fallait se déplacer avec des sacs, voire des brouettes de billets.

Désormais, les achats s'effectuent en devises étrangères, notamment en dollars américains, euros, rands ou encore livres sterling, qui manquent aujourd'hui dans le pays.

Ces billets, actuellement au "stade de la conception" selon le gouverneur de la Banque centrale, pourront être utilisés pour les achats au Zimbabwe.

Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique International Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.