Sous-ligue de Ndougou/Entretien avec le directeur technique départemental : Jean-Félix Atomo : " Ouvrir des perspectives aux jeunes athlètes que nous entretenons "

La sous-ligue de football de Ndougou (Gamba) est l'une des rares du pays à organiser régulièrement des activités, alors qu'elle ne reçoit aucune subvention des pouvoirs publics. Dans cet entretien, son directeur technique, Jean-Félix Atomo, indique comment il s'y prend pour réussir ce challenge, regrettant, entre autres, que les athlètes locaux, du fait de l'enclavement du département, ne participent pas aux compétitions provinciales et nationales. Tout en invitant les autorités compétentes à sortir Ndougou de son isolement et de subventionner sa sous-ligue, M. Atomo souhaite que le directeur technique national décline, en début de saison, le plan des compétitions nationales dans toutes les catégories, pour permettre aux clubs, ligues et sous-ligues de se préparer et de pouvoir préparer leurs athlètes...

•Monsieur le directeur technique départemental, votre sous-ligue organise régulièrement des compétitions. Quels mécanismes utilisez-vous pour relever ce défi ?

Jean-Félix Atomo : Nous sommes une sous-ligue bien organisée qui fournit, depuis des années, des efforts pour organiser les compétitions dans toutes les catégories possibles. Notre seul problème aujourd’hui réside dans le fait qu’il n’y ait pas de confrontations, d’échanges entre nos athlètes et ceux du reste de la province, parce que notre département est très enclavé. Cela cause une réelle démotivation de la part des dirigeants qui s’investissent tout au long de la saison sportive, qui veulent voir leurs athlètes également participer aux compétitions de la ligue provinciale de l'Ogooué-Maritime, voire nationales. Nous osons croire que le bureau directeur de la ligue provinciale que dirige Dieudonné Ndoumbou Likouni ‘’Diego’’ se déploiera dans les prochains jours pour nous sortir de cette situation, de façon à ce qu’on ouvre d’autres perspectives à ces jeunes athlètes que nous entretenons.

•Est-ce à dire que l’Ogooué-Maritime n’a pas un championnat provincial digne de ce nom, dès lors que toutes les sous-ligues de la province ne sont pas concernées ?

—Je pense que, normalement, c’est le directeur technique national qui devrait donner un plan de compétitions nationales. S’il y en avait un, les ligues et les sous-ligues devraient l’exécuter. Prenons l’exemple sur le plan international. On sait en début de saison en Europe, que la finale de la Champion's ligue va se disputer en mai ; on a le calendrier de la Coupe de France, etc. Tout le monde est informé. Mais au Gabon, nous n’avons pas un calendrier clair des compétitions nationales, pour permettre aux clubs, ligues et sous-ligues de se préparer et de pouvoir préparer les athlètes aux différentes compétitions. Le directeur technique national doit mettre en place un plan de compétitions nationales pour toutes les catégories possibles, de façon à former une sélection nationale dans laquelle on retrouvera des joueurs des ligues et sous-ligues, et non une sélection de Libreville ou Port-Gentil. Ces deux villes ne forment pas à elles seules le Gabon. Il faut, dans ce sens, que les compétitions s’étendent sur les neuf provinces.

•Organiser des compétitions nécessite de l’argent. Sans subvention, comment votre sous-ligue s'en sort-elle ?

—Ce n’est pas un secret, nous fonctionnons simplement avec les cotisations des membres de la sous-ligue, et l’aide extérieure de quelques bonnes volontés de la place.

•Avez-vous un souhait à formuler  ?

—Que la direction technique nationale pense à mettre en place un plan national des compétitions. La sous-ligue de Ndougou, qui fonctionne avec les moyens de bord, a besoin également d’une subvention étatique et souhaite que ses athlètes puissent participer à Libreville aux jeux de l’Office gabonais des sports scolaires et universitaires (OGSSU).


Propos recueillis par J-P.A


Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon sport Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.