Gabon - Soudan du Sud (3 - 0) : Les coulisses

Manque à gagner de la Fégafoot et de la tutelle : des grincements de dents

Quarante mille places assises, toutes tribunes confondues. C'est la capacité du stade de l'Amitié d'Angondjé. Ne souhaitant pas voir les Panthères évoluer contre le Soudan du Sud devant des travées vides, la Fédération gabonaise de football (Fégafoot) et le ministère des Sports avaient décidé de la gratuité de l'accès au stade. Si, pour les spectateurs cela a été une bonne chose, il ressort que ce manque à gagner a suscité des grincements de dents. Notamment chez certains membres du directoire de la Fégafoot qui n'auraient pas partagé la décision de la gratuité.

Le nom de Daniel Cousin scandé

Après le deuxième but des Panthères inscrit par le défenseur central gabonais Aaron Appindangoye, salué par une salve d'applaudissements, le public a ensuite scandé, à gorge déployée, le nom du sélectionneur national du Gabon. Répondant à une question d'un journaliste lors de la traditionnelle conférence de presse d'après match, Daniel Cousin, tout en remerciant le public, a nuancé que ce même public pourrait le conspuer le jour où les choses iraient mal. Le public étant, selon lui, versatile partout à travers le monde.



Rassemblées parJ.F.M



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon sport
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.