Football/11e championnat d'Afrique U17, entretien avec le coach national des Panthéreaux avant Gabon/Nigeria de samedi prochain : Patrick Assoumou Eyi « Capello » : “ Nous partons dans l'inconnu ”

L'Union : Depuis combien de temps êtes-vous en regroupement pour préparer votre match de samedi contre le Nigeria ?

• Patrick Assoumou Eyi « Capello » : Nous travaillons depuis le 1er septembre 2014. Nous avons pris nos quartiers à l'hôtel « Angondjè Suite ».

N'avez-vous pas de pression face à un adversaire qui s'appelle Nigeria ?

- Au-delà de l'enjeu, nous avons un projet avec nos jeunes joueurs. J'ai foi au travail qui est fait par l'encadrement technique. Les enfants ne subissent aucune pression. Tout en respectant le Nigeria, nous allons jouer ce match comme nous avons évolué contre l'Ethiopie. Tout peut se passer en 90 minutes, mais nous souhaitons tout simplement que la chance et la réussite soient de notre côté.

Avez-vous procédé aux changements de joueurs par rapport au groupe qui avait éliminé l'Ethiopie ?

- Pas de changements externes. Peut-être que nous allons faire quelques réajustements au niveau interne. Ce sont les mêmes 23 Panthéreaux du premier tour qui ont été reconduits.

Sur quoi est axé votre travail de préparation ?

- Nous avons consacré notre travail, pendant la première semaine, sur la préparation physique. Cette semaine, ce sera sur le plan technico-tactique et les stratégies. N'ayant pas eu malheureusement une cassette pouvant nous permettre de visionner le jeu de notre adversaire, nous partons donc dans l'inconnu. Nous comptons pour cela sur la force et la solidarité de nos jeunes. Raison pour laquelle nous allons peut-être observer le jeu adverse dès le départ, notamment dès le premier quart d'heure. Avant de repositionner nos joueurs pour profiter des faiblesses adverses.

Cela signifie quoi concrètement ?

- C'est-à-dire que, d'entrée, nous allons attendre l'adversaire, bien l'observer avant d'attaquer.

D'abord le stade de l'Amitié (l'annexe), aujourd'hui à Nzeng-Ayong. Et après ?

- Demain (ndlr : aujourd'hui), nous nous entraînons à Angondjè à l'heure du match. Jeudi, nous serons à Sibang pour la reconnaissance du terrain, puis à Angondjè, la veille du match, pour les derniers réglages.

Pourquoi s'entraîner sur du synthétique quand on sait que vous allez jouer sur la pelouse ?

- Nous faisons un travail de vitesse au niveau des attaques. Nous cherchons des repères qui permettront aux enfants d'aller un peu plus vite.

L'ambiance, actuellement, au sein du groupe ?

Ça se passe bien. Tout le monde (encadreurs et joueurs) est conscient de l'enjeu. Par ailleurs, les inconditionnels des Panthéreaux doivent être patients avec nos jeunes pendant la rencontre. Ils doivent encourager les enfants qui, il ne faut pas l'occulter, pourront commettre quelques erreurs.


Entretien réalisé par MM


Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon sport Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.