Football / Mouvement d'humeur des joueurs d'Akanda FC : La Linaf au pied du mur

Le mouvement de colère de plusieurs joueurs d'Akanda FC a le mérite de mettre en lumière, une nouvelle fois, la réalité des salaires impayés dans certains clubs.

Pour l'instant, seule l'Association nationale des footballeurs professionnels du Gabon (Anfpg) a réagi sur son compte Facebook et s'est rangé du côté des plaignants. Mais la Ligue n'a pas encore publié de communiqué. Pourtant, elle ne peut rester silencieuse. Ses textes l'obligeant à trancher en faveur des joueurs lésés.

Voici ce que déclare l'article 8 du règlement du National Foot 1. " Au plus tard le dernier jour ouvrable du mois de juillet de chaque année, les clubs devront avoir respecté intégralement, ou les avoir correctement garanties auprès des créanciers, les obligations économiques contractées et échues vis-à-vis des footballeurs, des techniciens ou d'autres clubs (...). Le non-respect des obligations économiques (...) dans le délai prévu par le deuxième alinéa du paragraphe 1 (...), impliquera la non délivrance des licences (...) . "

Avec plus de 10 mois d'arriérés de salaire, Akanda n'aurait pas dû terminer la saison dernière et devrait être sanctionné pour le prochain championnat. Ces faits laissent songeur et poussent à se demander pourquoi la Linaf, informée de la situation des plaignants, n'a toujours pas réagi. Mais il lui faudra bien sortir de son mutisme à un moment donné.



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon sport Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.