Entretien avec le latéral gauche de la Berrichonne de Châteauroux (L2-France) : Johann Obiang : " Mon vœu le plus ardent, être convoqué chez les Panthères "

Convoqué au mois de mars dernier par Claude-Albert Mbourounot lors de la rencontre amicale Gabon-Maroc (1-1), Johan Obiang, le latéral gauche de la Berrichonne de Châteauroux (France) avait décliné l’invitation parce que, d’après lui, les Castelroussins luttaient pour le maintien lors de la rencontre de L2 contre Niort. Aujourd’hui, titulaire indiscutable au sein de son équipe, il se dit prêt à rejoindre la sélection nationale en cas de convocation. Lecture.

L’Union : Johann Obiang, qui êtes-vous ? 

Johann Obiang : Je suis né le 5 juillet 1993 à Le Blanc en France. Ma mère est Française et mon père est Gabonais. Aujourd'hui j'entame ma deuxième saison professionnelle à la Berrichonne de Châteauroux, club évoluant en L2 française. J’ai été formé à Châteauroux.

Titulaire indiscutable au poste de latéral gauche au sein de votre formation, quelles sont vos statistiques depuis le lancement de la saison sportive 2014-2015 ?

- Je suis titulaire depuis le début de la saison, soit 7 rencontres sur 7.

Parlons à présent de l’équipe nationale du Gabon. Lors du match amical Maroc-Gabon (1-1) en mars dernier à Marrakech, vous avez été convoqué par le coach de l'époque, Claude-Albert Mbourounot. Malheureusement vous avez décliné l'invitation afin, semble-t-il, de vous concentrer sur le match Châteauroux-Niort. Est-ce exact ? 

- Votre information est juste. En effet, j’ai reçu la convocation dans la foulée du match face à Niort. Mais du fait de l’importance de cette rencontre, vu que nous jouions le maintien à cette époque, j’ai préféré décliner l’offre. Mais je vous avoue que j’étais fier d’avoir reçu cette convocation.

En réalité, étiez-vous prêt pour ce match face au Maroc ? 

- Oui, j’étais mentalement prêt dans la mesure où j’avais six mois de compétition dans les jambes, tout en découvrant le haut niveau. Mais du fait de la position du club, il me fallait très vite faire un choix surtout que le club comptait sur moi. Dieu merci le club a été maintenu en L2.

Que représente le Gabon pour vous ? 

- Le Gabon représente beaucoup pour moi. C’est le pays de mon père, de mes oncles et mes tantes… Je suis donc fier d’être Gabonais.

Les Panthères ont un nouveau sélectionneur en la personne de Jorge Costa. S'il vous convoquait, quelle serait votre réponse ? 

- Mon vœu le plus ardent est d’être convoqué chez les Panthères.

Suivez-vous l'évolution de l'équipe nationale qui a été rajeunie à quasiment 90 % ?

- Tout naturellement ! Quand vous recevez une convocation l'année précédente, vous vous sentez forcément concerné par les résultats et l’évolution de l’équipe. La sélection à un magnifique projet pour le pays, c’est donc à chaque joueur de se sentir concerné. C’est toujours important de savoir que le pays a des ambitions, peu importe quel est le joueur qui joue. L’important est d’aller dans la même direction pour le bien du pays. Avec la nouvelle vague de jeunes joueurs, je pense que le meilleur est à venir.

Le Gabon occupe le second rang au classement général du groupe C derrière le Burkina Faso. Un commentaire ? 

- Je pense que le plus difficile reste à venir avec la double confrontation face au Burkina. A Libreville, face aux Etalons, il y a un bon coup à jouer. Mais dans l’ensemble je reste persuadé que le pays va se qualifier pour Maroc-2015.

Propos recueillis par Willy NDONG

Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon sport Gabon

Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.