Boxe : Taylor Mabika le mal-aimé

Depuis son abandon le samedi 25 août devant Junior Ilunga Makabu, lors de la tentative de conquête du titre, de la WBC International, le Gabonais Taylor Mabika est devenu, à son corps défendant, la tête de turc des réseaux sociaux. Beaucoup se moquent de celui qui est, à leurs yeux, incapables depuis le début de sa carrière de gagner un combat hors du Gabon. Entre quolibets et signes de soutien, où se situe la part de vérité ?

Lors de son combat en juin passé contre l'Arménien Nuri Seferi (pour la ceinture WBC Francophone qui était vacante), un des membres du staff de Mabika avait regretté que beaucoup continuent de penser que le boxeur gabonais passe son temps à ne boxer qu'au Gabon. Malgré ses explications, cette assertion est de plus en plus vivace. Malheureusement, pour les détracteurs de Mabika, cela n'est rien d'autre qu'une légende urbaine.

Un rapide coup d'œil sur le site Boxrec permet de se rendre compte que la carrière professionnelle de l'incriminé commence en juin 2008. Au Luxembourg. Il faut attendre 2013, soit cinq ans et douze combats après ses débuts en pro (pour dix victoires et deux défaites obtenues tant en France qu'en Allemagne) pour entendre parler d'un combat de Mabika au Gabon.

C'est donc ce parcours qui le conduit à Libreville le 12 décembre 2013 pour y affronter le Ghanéen Prince George Akrong. Le titre en jeu: ABU lourd-léger. Depuis sa victoire, Mabika a boxé six fois dans la capitale gabonaise et trois fois au Luxembourg et en France. Autant de prestations qu'il n'a pas perdues. De tous ces chiffres, on retient donc que le pugiliste gabonais a plus souvent combattu à l'extérieur (soit 16 fois) qu'à Libreville (soit 7 fois).

De plus, le lieu n'est pas vraiment un critère objectif suffisant pour démolir la réputation d'un boxeur. De grands boxeurs ont plus souvent combattu dans leur pays qu'ailleurs. Ainsi l'Américain Oscar de la Hoya, qui est considéré comme un des meilleurs pugilistes, a livré tous ses quarante-cinq combats sur le sol des États-Unis. Sans qu'on ait un jour remis en cause ses performances. Plus près de nou...

Serge A. MOUSSADJI



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon sport

Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Both <img> and <iframe> elements are lazy-loaded.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.