Jean-Marie Ogandaga : une démission et des questions

Jean-Marie Ogandaga : une démission et des questions

Soupçonné par une partie de l’opinion d’avoir touché des pots-de-vin en contrepartie de nombreux abattements fiscaux accordés généreusement à plusieurs entreprises, le ministre de l’Économie et de la Relance a-t-il voulu sauver son honneur en déposant son tablier ? Ou y a-t-il d’autres raisons cachées justifiant son acte ?

Pris dans la spirale des révélations en cascade sur des abattements fiscaux et douaniers extrêmement généreux accordés à plusieurs entreprises de la place, le ministre de l’Économie et de la Relance, Jean-Marie Ogandaga, a-t-il cédé à la pression populaire et médiatique en déposant sa lettre de démission auprès de la Première ministre, Rose Christiane Ossouka ? Ou, comme le supposent certains, mis sous pression, il y a été contraint afin de coller au nouveau sacro-saint credo de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption ?

À défaut d’avoir des explications réelles du concerné ou de la cheffe du gouvernement – naturellement au fait des mobiles de la démission d’un membre de son équipe – l’opinion ne peut se contenter, pour l’instant, que de suppositions et autres conjectures. Même si la chronologie des événements peut donner des pistes pour comprendre la décision surprise du désormais ex-ministre de l’Économie.

En effet, depuis plusieurs semaines, de nombreux documents "confidentiels" du ministère de l’Économie ont fuité sur la toile, montrant nombre d'exemptions et accords transactionnels de plusieurs milliards de francs accordés gracieusement à plusieurs majors dont Total Gabon, Perenco ou encore MCTT. Des abattements de l’ordre de 90 %.

Ces documents, dit-on, auraient été "balancés" par certains agents des régies financières en représailles à l’intransigeance affichée par Jean-Marie Ogandaga concernant le règlement de leurs primes et la nouvelle méthode de calcul des primes adoptée lors du Conseil des ministres du 20 novembre 2020.

Face à ces révélations, le ministre n’a pas souhaité s’expliquer publiquement, préférant communiquer, pour la première fois, le 25 novembre dernier, sur sa page Facebook. Pour lui, ces informations sont totalement erronées et pourraient même valoir à leurs auteurs des poursuites judiciaires.

Mais plusieurs autres révélations vont enflammer la toile dont celle de l’abattement exceptionnel accordé par Jean-Marie Ogandaga au maire de Port-Gentil, Gabriel Tchango, via sa société FORASERV, spécialisée dans la logistique pétrolière. Sommée de payer le montant de 1,5 milliard de francs lors d’un redressement fiscal, l’entreprise va introduire une demande de remise gracieuse auprès du ministre.



Maxime Serge MIHINDOU



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon politique
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Both <img> and <iframe> elements are lazy-loaded.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.