Interventions des Démocrates et des "Non inscrits" : La pertinence de l'autre son de cloche

Les porte-parole du groupe parlementaire du parti de Guy Nzouba Ndama et des "Non inscrits" regroupant les élus du Rassemblement Héritage et Modernité (RHM) et de l'Union nationale (UN) ont, en substance, exprimé non seulement des réserves mais aussi un pessimisme quant à l'efficacité du programme de politique générale déclinée par le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, devant l'Assemblée nationale, hier. Séraphin Akure-Davin et Jean-Robert Ngouloungana ont, au nom des leurs, fixé le cap quant à la manière dont ils entendent accomplir leurs missions dans la Chambre des députés.

LA chambre des députés a connu une ambiance plutôt chaleureuse et éveillée, hier après-midi, à la faveur du débat suscité par la déclaration de politique générale du Premier ministre devant l'Assemblée nationale. Un exercice qui répond aux exigences de l'article 28a de la Constitution. Julien Nkoghe Bekale, conformément aux dispositions constitutionnelle, étaient donc face aux "élus du peuple" pour décliner les grands axes de l'action qu'il entend mener à la tête du gouvernement qu'il dirige. Cela en vue de solliciter leur confiance, synonyme de quitus pour mener ensuite son action.

Comme il fallait s'y attendre, le chef du gouvernement et son équipe ont, sans surprise, obtenu la confiance de la première chambre du parlement. Le Parti démocratique gabonais (PDG) dont il est issu étant largement majoritaire. Ajoutées à cette majorité, les voix des députés des partis alliés constitués à travers les groupes parlementaires RV du député Serge Ndong Obame, et Front démocratique et républicain (FDR) d'Albertine Maganga Moussavou. Et sans doute de ceux du groupe Union sociale et démocratique (USD)...

C'est fort de cela que Julien Nkoghe Bekale et son gouvernement ont largement obtenu la confiance de l'Assemblée nationale. Toutefois, on retiendra que le débat contradictoire sera de mise pendant cette XIIIe législature. Cela, en dépit du déséquilibre manifeste entre le camp qui soutient le gouvernement et celui qui s'y oppose. La tonalité sera totalement différente de celle de la législature précédente où le PDG était "seul" au monde. Ce qui, même si par rapport à la finalité cela ne change rien a priori, peut susciter de l'intérêt chez ceux qui, nombreux, sont fatigués d'entendre un seul et même son de cloche.

Dans ce sens, à travers...



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon politique

Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Both <img> and <iframe> elements are lazy-loaded.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.