: "A très court terme, on comptera une perte potentielle de près de 5 000 emplois directs et indirects"

: "A très court terme, on comptera une perte potentielle de près de 5 000 emplois directs et indirects"

La dégringolade des cours du pétrole sur les marchés internationaux fait craindre le pire dans le milieu pétrolier national. Selon le secrétaire général adjoint de l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep), Sylvain Mayabi Binet, en cas de persistance des cours à la baisse, l’arrêt massif des investissements dans le secteur va entraîner une série de licenciements, avec des conséquences dramatiques sur les recettes de l’Etat.

 

L’Union. Quelles conséquences économiques peut-on craindre de la chute vertigineuse des cours du pétrole sur l’économie gabonaise ?

Sylvain Mayabi Binet : Après la crise pétrolière mondiale de 2015, nous avons eu une légère reprise dans le secteur pétrolier, entre le deuxième semestre 2018 et la fin 2019, grâce à la remontée des cours du baril, l’augmentation de la production nationale et la reprise des grands projets. Et maintenant, c’est une vraie dégringolade qui risque de nous ramener non pas en arrière, mais à des niveaux de chute jamais connus. Car ce ne sera pas une gestion de crise standard, mais une crise qui, outre la lutte pour l’équilibre des grands agrégats économiques, va nécessiter des arbitrages difficiles.

Peut-on s’attendre à un arrêt important des investissements dans le secteur pétrolier ?

Depuis la mi-mars 2020, les majors, sous l’impulsion des plus pessimistes, notamment Perenco, Total, Maurel & Prom, Vaalco par entente concertée au sein de leur syndicat l’Upega, ont mis en œuvre une démobilisation générale graduelle : arrêt ou suspension temporaire des grands projets et mise en service minimum à travers un personnel réduit.

En cas de persistance des cours à la baisse, peut-on s’attendre à des licenciements massifs dans le secteur pétrolier ?

Pour l’instant, des mesures de licenciements ou de c...

Propos recueillis par Maxime Serge MIHINDOU



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon économie

Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Both <img> and <iframe> elements are lazy-loaded.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.