Lutte contre les déchets plastiques : une solution fiscale ?

En l’absence d’une capacité opérationnelle de collecte des déchets, et de l’ouverture de Centres de traitement et de valorisation à travers le pays, cette mesure ne pourra être entièrement appliquée, malgré les opérations de sensibilisation tous azimuts.

FACE à la problématique des déchets plastiques, le gouvernement ne semble pas avoir abdiqué, malgré l’échec de l’application de la mesure d’interdiction de l’usage et de la vente des sacs plastiques non biodégradables entrée en vigueur le 1er juillet 2010.

Cette mesure, qui faisait du Gabon le 1er pays au monde à expérimenter une telle législation en matière de pollution plastique, ravive encore une certaine fierté chez les tenants de la thèse du pollueur-payeur.

C’est certainement dans cette optique que le ministre des Eaux et Forêts, Jacques-Denis Tsanga, a annoncé, le mardi 5 juin à Libreville, à l’occasion de la Semaine nationale de l’Environnement placée sous le thème "Luttons contre la pollution plastique à usage unique", des propositions fortes, afin d’atténuer et gérer ce phénomène dans notre pays, dont la plus forte reste la conception et la mise en œuvre d’une fiscalité écologique sur les déchets.

Maxime Serge MIHINDOU

Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon économie

Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.