Gestion budgétaire : Le FMI dans nos murs

Une délégation conduite par le chef de division adjoint du département Afrique du Fonds monétaire international (FMI), Alex Segura Ubiergo, séjourne, depuis hier, à Libreville. Et ce, pour une durée de deux semaines.

Cette mission a été immédiatement reçue par le ministre de l’Economie, Régis Immongault Tatangani. Selon le chef de la délégation, l’objet de cette présence à Libreville est d’aider les autorités à évaluer la situation économique du pays. Plus précisément, de revoir la mise en œuvre du programme économique du Gabon et les perspectives de croissance ; analyser les perspectives budgétaires ; voir la situation des balances de paiement et les perspectives de l’économie du Gabon à moyen terme.

L’emploi étant un des éléments-clé dans la gestion de la population, l’équipe du FMI devra également s’appesantir sur les efforts du gouvernement en termes de création d’emploi. Mais aussi, étudier les perspectives afin d'attirer les investissements directs étrangers et augmenter la croissance économique.

En gros, il s’agira de trouver les voies et moyens de sortir rapidement le Gabon d'une crise économique qui affecte également l'ensemble des économies de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cémac).


F.A.


Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon économie Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.