Fusion de la Sogara avec Gabon oil company : Un " mariage de raison" pour répondre à la demande locale

Empêtrée dans des difficultés d’approvisionnement du marché local en produits pétroliers, associées à l’obsolescence de son outil de production, le gouvernement a décidé de rationnaliser le fonctionnement de la Société gabonaise de raffinage (Sogara).

En sa séance du 13 juin 2019, le Conseil des ministres a entériné le projet de décret portant fusion de la Sogara avec le groupe Gabon oil company (Goc). Un attelage plutôt rationnel qui devrait permettre à la nouvelle entité de répondre au besoin croissant du marché local, devenu dépendant de l’extérieur.

En effet, d’après les chiffres de la direction générale des douanes et des droits indirects (DGDDI), afin de satisfaire la demande locale face au déficit de production de la Sogara, le gouvernement est contraint, depuis des années, à recourir à de massives importations de produits pétroliers.

Pour la seule année 2018, les importations énergétiques ont doublé, passant de 64,5 milliards à 132,4 milliards de francs.

Les hausses concernent : le gazole (+51,5 milliards de francs) en provenance essentiellement du Cameroun et du Togo ; l’essence ordinaire et destinée à l’aviation (+10 milliards de francs) en provenance du Togo et du Cameroun en particulier ; le butane liquéfié (+5 milliards de francs) en provenance de la Guinée-Equatoriale et du Congo-Brazzaville.



Maxime Serge MIHINDOU



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon économie
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.