Formation pour la certification de diamants bruts/Pierres précieuses : Six ingénieurs gabonais mis à niveau

Avec l’ambition du gouvernement de diversifier l’économie nationale, notamment par la promotion et la mise en valeur d’autres richesses du sous-sol, l’adhésion au processus de Kimberley apparaît utile en termes de traçabilité de la production nationale et d’accès aux marchés mondiaux de diamants bruts.

LE Gabon pourrait intégrer, d’ici à la fin de l’année, le régime international de certification des diamants bruts, communément appelé "processus de Kimberley". Lequel réunit gouvernements et industriels de la filière. Le dossier de notre pays, qui avait fait acte de candidature, en novembre 2015, est en bonne voie.

En attendant cette admission, l’administration minière a anticipé sur la mise à niveau des techniciens appelés à représenter le Gabon au sein de ce cartel, en plus de l’acquisition du matériel de gemmologie. Dans ce sens, elle vient d’organiser, à Libreville, une formation théorique à l’intention de six agents évaluateurs de diamants bruts, issus des directions générales en charge de la gestion des activités minières pour le compte du gouvernement.

Cette formation s’inscrit dans le cadre du programme de renforcement des capacités institutionnelles et des agents du ministère des Mines, en rapport avec l’implémentation des outils de gestion du système international de certification des diamants bruts.


G.R.M


Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon économie Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.