Développement du secteur agricole au Gabon : 400 milliards de francs y seront investis

VENDREDI 13 mars 2015 reste une date importante dans la mise en œuvre du Plan national d'investissement agricole et de sécurité alimentaire et nutritionnelle (PNIASAN). En effet, ce jour-là s'est tenu, à la chambre de commerce de Libreville, un atelier de validation des investissements à entreprendre sur la période 2014-2020.

But : valider les différents axes d'investissement dans le secteur agricole, a commenté le représentant de la Commission de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), qui dirige la politique agricole commune dans la sous-région et est responsable de l'implantation du Programme détaillé de développement de l'agriculture en Afrique (PDDAA).

En effet, c'est en 2010 que le Gabon s'est engagé dans le PDDAA, un programme du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (Nepad), en signant une lettre d'intention et en procédant, le 6 novembre 2012, au démarrage du processus d'élaboration du PNIASAN par un atelier national, qui réunissait les administrations gabonaises, les partenaires techniques comme la CEEAC, la FAO, les bailleurs de fonds, à l'exemple de la Banque mondiale, les agriculteurs, etc.


I. M'B.


Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon économie Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.