Vente des fascicules aux étudiants : Les assurances de la tutelle foulées au pied par les enseignants

Longtemps décriée par les étudiants, la vente des supports de cours a repris de plus belle dans les universités et grandes écoles, en dépit des assurances données par le ministère de tutelle dans le cadre de l'entrée en vigueur de la hausse des droits universitaires.

"LES mauvaises habitudes ont la vie dure", dit-on. La vente des fascicules ou supports de cours, pourtant prohibée lors de l’annonce de la hausse des droits universitaires, continue dans les amphithéâtres des universités et grandes écoles du Gabon.

Ces documents conçus par les enseignants continuent d'être vendus aux étudiants entre 3000 et 5000 francs l'unité, voire au-delà de ce prix. Certains de ces enseignants faisant même de l’obtention de ces documents une condition pour prendre part à leurs enseignements et évaluations !

Après son arrivée à la tête de l'Enseignement supérieur, Guy Bertrand Mapangou a également confirmé la mesure prise par son prédécesseur dans le sens d’alléger la charge financière des étudiants par rapport à l'achat des fascicules.

Mais voilà, malgré ces différentes assurances, la vente des fascicules a repris de plus belle à l'entame de cette année académique 2017/2018.



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon Culture & Société Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.