Musique : "PCA" à l'Onu : consécration

Pierre-Claver Akendengue était parmi les invités de marque à l'inauguration d'une exposition, le 30 juin dernier, siège de l'Organisation des Nations-unies (Onu), New-York.

Seize icônes de la culture mondiale, portraiturées par l'artiste Fabrizio Ruggiero, étaient en vedette dans cette exposition. Parmi eux, le poète-musicien gabonais Pierre-Claver Akendengue (PCA) dont les paroles ont été unanimement appréciées par les participants. Lors de sa prestation, PCA était accompagné de l'orchestre symphonique de la ville de New-York.

Ce soir, devant l'East River, Pierre-Claver Akendengue a donc chanté “ Déminer la femme, déminer la Terre, déminer le Monde, déminer l'Enfance, déminer l'Afrique, déminer...”. Plus juste dans le ton, plus vrai dans le vers, plus talentueux dans la musique, Akendengue n'avait nul besoin de confirmer. Il compte parmi les plus grands. Mais au-delà de cette seule reconnaissance, ses textes restent ouverts au monde. S'il a pris la parole et la chanson, ici au siège de l'Onu, la raison est simple. Elle tient du don. A tous ceux qui n'ont pas la liberté de parole, le privilège de communiquer, le temps d'un chant de leur rendre hommage.



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon Culture & Société Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.