Musique : Espoir la tigresse : entre tradition et modernité

Artiste pétrie de talent, Espoir la tigresse, de son véritable nom Charlaine Mbiang N'nang, s'ajoute désormais au cercle retreint des auteurs-compositeurs et musiciens du pays.

Avec deux singles déjà à son actif (" Wa ye bera dzo ya" sorti en 2008 et " Parler parler" en 2009), celle qui fut la chorégraphe principale du célèbre Ndong Mboula pendant plusieurs années, propose un style musical alliant tradition et modernité.

" Je vante et défends les valeurs musicales de Mitzic, mon fief", dit-elle très souvent.

Comparée, en général, à la pulpeuse Princesse 12 auprès de laquelle elle perfectionne son art en 2005, ''Espoir la tigresse'' a la particularité d'être à la fois une bonne danseuse et une chanteuse née. Pour mémoire, elle fit ses preuves très jeune dans un célèbre groupe de danse.

Après avoir été longtemps absente de la scène nationale, la jeune artiste se décide à nouveau de poser ses marques avec la sortie très prochaine d'un maxi-single. Ce, avec le soutien notamment de Fum'kass, membre de l’association gabonaise des réalisateurs-vidéastes dénommée "Rec One".



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon Culture & Société Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.