Médecine : Retrait des médicaments à base de Valsartan

Après le sombre épisode, en décembre 2017, des produits de nutrition infantile estampillés Picot – fabriqués par le laboratoire français Lactalis, qui a contraint les autorités sanitaires gabonaises à retirer les lots à risque du circuit de distribution –, le pays est de nouveau confronté à une autre crise touchant la branche pharmaceutique.

C’est à travers une note datant de début août, que la Direction du médicament et de la pharmacie (DMP) a informé l’ensemble des professionnels de santé de la décision prise par la tutelle de mettre un terme à la prescription et à l’usage du Valsartan. Particulièrement dans le traitement des patients ayant récemment (entre 12 heures et 10 jours) été victimes d’une crise cardiaque (infarctus du myocarde). Mais aussi, dans la médication des cas d’insuffisance cardiaque symptomatique et d'hypertension artérielle.

« Le Valsartan est commercialisé au Gabon depuis plusieurs années. La décision des autorités du ministère de la Santé a été motivée par le retrait, en juin dernier, des médicaments à base dudit produit dans le pays d’origine. A savoir la France », indique un expert du ministère de la Santé. La même source précise que « la gestion de risque a été faite à la suite de la contamination probable de la matière première de ce médicament par des substances cancérigènes ».





Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon Culture & Société
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Both <img> and <iframe> elements are lazy-loaded.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.