Masques : Ils font leur entrée

Alors qu'ils étaient attendus depuis des heures, c'est à la tombée de la nuit, comme le veut la tradition, qu'ils ont fait leur apparition ce 7 août sur l'avenue Jean-Paul, site de la 2e édition du festival Gabon 9 provinces.

Les masques Bwété, Bwété-bwété, Akoukounia, Okuyi, Maroumba - représentatifs des provinces de l'Estuaire, du Haut-Ogooué, de l'Ogooué-Lolo et du Moyen-Ogooué - ont su apporter une coloration particulière au lancement de ce festival culturel. Claquements de mains, chants et danses traditionnels du Gabon accompagnaient la sortie majestueuse de ces reliques. A chacune des sorties, des hommes, munis de jeunes branches de palmiers et des torches indigènes, les escortaient tout en guidant leurs pas.

L'assistance, qui comprenait également des membres du gouvernement et un public bigarré, a su profiter de ce spectacle unique. Les femmes, massivement représentées dans le groupe des artistes, jouaient un rôle bien précis : celui de l'animation. Elles étaient également chargées de préparer l'arrivée du bwété. Il s'agit d'un masque kota qui tire son nom du rite bwété. Il intervient seulement lors des événements de réjouissance (naissance, mariage...) et il a pour rôle de protéger la communauté.





Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon Culture & Société
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.