Grève au Comité de privatisation : La deuxième tranche d'indemnité exigée

Les agents du Comité de privatisation sont en grève depuis lundi. Ils exigent le paiement de la deuxième tranche du plan social.

Hier, le secrétaire général de cette administration, Félix Onkeya, a, au nom du personnel, invité le gouvernement et le ministère du Budget à régler ce problème qui affecte des pères et mères de famille, en cette période de rentrée des classes. Après le paiement d'une première tranche en février dernier, ils attendent la deuxième comme convenu.

Pour mieux présenter le tableau de la situation qui prévaut, M. Onkeya est revenu sur les discussions relatives à la mise en place d'un plan social.

Pour le personnel, cette situation doit être réglée au plus vite. « Tous les agents ne sont pas fonctionnaires, comme le pensent certaines personnes. Beaucoup d’entre nous sont des contractuels de l’État et ne vivent que de cette indemnité. C'est pourquoi, nous demandons à l’État d'accélérer le paiement de cette deuxième tranche du plan social. Nous n'arrivons plus à assumer nos charges », a fait savoir un agent rencontré hier au parking de cette structure.

Il faut préciser que l'arrêt d'activité de cette administration a un impact lourd sur le traitement des dossiers brûlants tels que la transition entre l'Aéroport de Libreville (ADL) et la GSEZ, ou même la restructuration de la Société gabonaise de transport (Sogatra).





Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon Culture & Société
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.