Enseignement supérieur/Manifestation des étudiants boursiers d'Afram devant la Primature, vendredi : L'arbre qui cache la forêt ?

Les étudiants boursiers de l'Etat, inscrits à l'Académie franco-américaine de management (Afram), après deux rassemblements similaires en 2016, ont encore manifesté leur mécontentement vendredi devant les locaux du Premier ministre.

MIS à la porte de leur établissement depuis la reprise des cours, mardi dernier, pour des frais de scolarité impayés, ces apprenants réclament au gouvernement et à son chef de régler cette situation. Ce d'autant plus qu'ils estiment que leur présence au sein de cette école supérieure relève de la volonté de l’État. Lequel a contracté des partenariats, il y a quelques années, avec des universités privées du pays, dont Afram, pour recevoir des étudiants boursiers.

Une note du 31 octobre dernier, signée du coordonnateur général de l'établissement, donnait déjà le ton. Elle appelait les étudiants envoyés par l’État, au risque de subir ce sort, à « s'astreindre au paiement d'une caution d'un million de francs CFA au titre de la scolarité annuelle pour les cycles bachelor et licence - 1, 5 million pour les Master - ainsi que des frais d'inscription ».

Du côté de l'établissement, l'on faisait état vendredi d'une décision qui n'a pas été prise de gaieté de cœur. Quelques indiscrétions parlaient d'un établissement qui a "les deux genoux à terre", du fait des impayés de l’État.


F.B.E.M


Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon Culture & Société Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.