Domaine public routier : L'opération "Libérez les trottoirs" attendue !

L'adage selon lequel " un homme averti en vaut deux" semble peu, voire pas du tout partagé par une catégorie de personnes au Gabon. Il s'agit de ces gens qui, par leurs commerces et autres bric-à-brac, occupent les trottoirs de manière anarchique.

La situation, sans cesse dénoncée dans nos colonnes, ne bouge qu'à la faveur de quelques coups de force des pouvoirs publics. Dans ce registre, le ministre de l'Intérieur, Lambert Noël Matha, a rappelé lors de la célébration de la Journée citoyenne du 3 février dernier l'imminence d'une "Opération libérez les trottoirs". Une manière pour lui de reconnaître que le problème a repris des proportions inquiétantes dans une ville comme Libreville ou ailleurs, à travers le pays.

Mais plusieurs semaines après cet énième avertissement, force est de constater que les indélicats n'en ont cure. L'embrigadement des trottoirs et du domaine public routier en général, continue de plus belle.

Les piétons, dans plusieurs quartiers de Libreville comme de l'intérieur du pays, continuent à se risquer sur la chaussée pour circuler.

Au titre de mauvais élèves dans ce registre, l'on peut citer, pour le cas de Libreville, des quartiers tels que Nkembo, Cocotiers, Charbonnages ou Avéa. Des zones où il n'est pas rare de voir un "barman" prendre le trottoir comme une extension de son bar. En y posant chaises et tables !



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon Culture & Société Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.