Choses vues : Les habitations kamikazes d'Ozoungué

Si dans certains quartiers mieux lotis, l'on peut voir de belles cases garantissant la sécurité à leurs occupants, dans les zones sous-intégrées, les ''matitis'', certains compatriotes dorment avec la peur au ventre.

C’est le cas de ces maisons du quartier Ozoungué, dans le 5e arrondissement de la commune de Libreville qui, si rien n'est fait pour y remédier, pourraient s’effondrer un jour à l'autre.

Ces habitations sont construites en hauteur, sur des terrains en proie au glissement dû aux effets de l’érosion. Les habitants de ce quartier malfamé, aux multiples maux, reconnaissent pourtant la fréquence des éboulements à cet endroit. Malgré cela, les occupants des logements ainsi menacés font, jusque-là, la sourde oreille. Ils s’obstinent à ne pas quitter ces lieux à risques.

Pourtant, l'éminence d'une catastrophe est palpable ici, dans la mesure où les maisons perchées aux flancs des collines perdent chaque jour un peu de terre destinée à soutenir leurs fondations. Selon des témoignages du voisinage, beaucoup de masures similaires s'étaient déjà écroulées par le passé. Et de nombreux dégâts matériels avaient été également enregistrés. Les bâtisses situées au pied du monticule de terre n’avaient pas été épargnées. Le danger est toujours là, tant que ces compatriotes ne songent pas à déguerpir. Lorsque surviendra à nouveau le pire, il sera difficile de dire : nous ne savions pas.



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon Culture & Société Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.