Cas des asymptomatiques : un débat ouvert

Cas des asymptomatiques : un débat ouvert

L'hypothèse d'une ''très rare'' transmission du coronavirus par des personnes atteintes mais ne présentant pas des symptômes de la maladie, avancée lundi par une responsable de l'OMS lors d'une conférence de presse, a provoqué un émoi dans les médias et les réseaux sociaux. Ce propos, clarifié le lendemain, a lancé un débat au sein de la communauté scientifique.

Un débat ouvert sur la contagiosité des personnes asymptomatiques. Celui-ci a été suscité par la déclaration, lundi dernier, de la responsable technique de la cellule en charge de la gestion de la pandémie du Covid-19 à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Maria Van Kerkhove. Au cours d'une conférence de presse à Genève, elle a en effet déclaré, sur la base d'études réalisées dans plusieurs pays, que la transmission du virus par une personne asymptomatique semblait "très rare". Un propos ayant surpris plus d'un, puisque depuis le début de la pandémie, il a été admis que les porteurs sains (asymptomatiques) transmettaient tout autant le virus que les personnes malades.

À l’instar des médias au fait de l'actualité du Covid-19, l'Union avait relayé l'info dans sa parution de mardi. Idem pour notre consœur, la newsletter "Covering Covid-19" à destination des journalistes, qui s'est référée à une étude du 3 juin publiée dans les Annales de Médecine, concluant que 40 à 45 % des personnes infectées par le SARS-COV 2, virus responsable du Covid-19, pouvaient rester asymptomatiques. De même, une publication récente du News England Journal of Medecine affirmait qu'il était "clair" que des personnes sans symptômes pouvaient transmettre le virus.

Ces propos largement relayés sur les réseaux sociaux ont fait vivement réagir une partie de la communauté scientifique. "Contrairement à ce que l’OMS a annoncé, il n'est pas scientifiquement possible d'affirmer que les porteurs asymptomatiques de SARS-CoV-2 sont peu contaminants", a soutenu le Pr Gilbert Deray, médecin à la Pitié-Salpêtrière (Paris), sur son compte Twitter.

Se rendant compte du grand remous suscité par sa déclaration, Maria Van Kerkhove a tenu un nouveau point de presse en direct mardi sur Twitter, pour apporter des "clarifications", évoquant ''un malentendu''. "Je faisais référence à un très petit nombre d'études, deux ou trois, en réponse à la question d'un journaliste et non pour exposer une position formelle de l'OMS", a assuré la scientifique.



Cherolle MISSOUKI



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon Culture & Société
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Both <img> and <iframe> elements are lazy-loaded.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.