Café-concert à l'Institut français, vendredi soir : Pamela Badjogo tout en couleurs

Fruit d'un métissage culturel entre sensibilités bantoues et mandingues, l'artiste musicienne gabonaise, finaliste du prix RFI découvertes 2016, s'est produite pour la première fois à Libreville.

DÈS les premières notes de sa chanson vendredi soir, Pamela Badjogo Mapaha captive l'attention. Dotée d'un timbre vocal imposant, l'artiste musicienne gabonaise, installée au Mali depuis 2005 pour ses études en microbiologie, et finaliste du prix RFI découvertes 2016, se produisait ainsi dans le cadre d'un des nombreux café-concerts que compte organiser l'Institut français, le premier week-end de chaque mois, en partenariat avec l'association artistique Ibogazik.

Energique et professionnelle à souhait, elle n'a aucun mal à établir la communion avec les nombreux spectateurs venus, pour la plupart, la découvrir et se faire une idée des compositions de son tout premier album "Mes couleurs", déjà dans les bacs.

Ce qui s'annonçait donc comme un simple rendez-vous musical se transforme très vite, en réalité, en retrouvailles entre fans et membres de la communauté artistique gabonaise. Avec, au menu, de la bonne humeur, de la détente et surtout l'évocation de "vieux" souvenirs que Pamela ravive, en partageant la scène, ce soir-là, avec Ba'ponga, B Good le Rasta, et quelques jeunes prometteurs de l'arène hip-hop local.


Frédéric Serge LONG


Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon Culture & Société Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.