Archéologie : Sur les traces d'une présence plus ancienne de l'Homme au Gabon

Archéologie : Sur les traces d'une présence plus ancienne de l'Homme au Gabon

À en croire les travaux que vient de mener le géo-archéologue Richard Oslisly avec les équipes de l'ANPN et de l'IRD, la vie remonterait à des millénaires sur les sites d'Iroungou (Nyanga) et d'Elarmekora (Moyen-Ogooué).

La vie au Gabon remonterait beaucoup plus loin qu'on ne peut l'imaginer. Les travaux que vient de mener le géo-archéologue Richard Oslisly avec les équipes de l'Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) et de l'Institut de recherche pour le développement (IRD) le prouvent suffisamment.

Sur deux sites, celui d'Iroungou dans la Nyanga, et Elarmekora dans le Moyen-Ogooué, les éléments collectés révèlent les traces d'une existence et d'une activité humaine entre 500 000 et 600 000 ans. " Iroungou est un gouffre de 27 m de profondeur que j'ai découvert en 1992. À l’époque, je n'avais pas le matériel nécessaire pour effectuer une descente. Mais dans le cadre d'une mission récente, nous sommes descendus pour y voir de plus près, et avons découvert 520 objets en fer, cuivre, des ossements humains, etc.", explique Richard Oslisly, mercredi soir à l'Institut français (IF) du Gabon, dans le cadre d'une conférence inscrite à la "Fête des sciences" qui se clôture ce samedi.



Frédéric Serge LONG



Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon Culture & Société
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.