Marcel Eloi Rahandi CHAMBRIER (médecin et homme politique) : Au singulier | Personnalités gabonaises | L'UNION | L'actualité du Gabon

Marcel Eloi Rahandi CHAMBRIER (médecin et homme politique) : Au singulier

Dans le microcosme politique, le docteur Chambrier pose une réelle singularité. Certains ont pu lui reprocher sa forte personnalité, en aucune façon sa fidélité et son sens du devoir.

Marcel Eloi Rahandi CHAMBRIER / Les années de formation

Né un 1er décembre 1933, à Libreville, de famille mpongwé, le jeune homme fait ses études à l'école catholique Montfort, laquelle a formé nombre de cadres du pays, avant les Indépendances. Ce cycle primaire achevé, Marcel Eloi Rahandi CHAMBRIER vient en France suivre son cursus secondaire, au lycée Michelet de Vanves, région parisienne. Son baccalauréat en poche, il s'inscrit en faculté de médecine, jusqu'à l'obtention de son diplôme tropical, assorti d'une spécialisation en hématologie. De 1957 à 1963, Marcel Eloi Rahandi CHAMBRIER fera partie des rares médecins à exercer en France, externe des hôpitaux de Paris.

En 1967, de retour à Libreville, Marcel Eloi Rahandi CHAMBRIER ouvrira la première polyclinique privée du Gabon, quartier Montagne-Sainte. Une structure de référence aujourd'hui.

Marcel Eloi Rahandi CHAMBRIER / Le retour au pays

Si la trajectoire est déjà brillante, comme souvent, le mal du pays est le plus fort. Marcel Eloi Rahandi CHAMBRIER rentre donc au Gabon, et ne peut manquer de s'intéresser à son époque, politiquement parlant. Ses sympathies n'auront pas été du goût de tout le monde, sa personnalité non plus. Au moment du putsch des jeunes officiers en février 1964, les soupçons sont lourds. Mais l'accession au pouvoir du président Bongo, le 2 décembre 1967, lui ouvre d'autres perspectives. Les événements de 1967, que tous deux ont difficilement vécus, n'y est sans doute pas étranger. A la création du PDG, en mars 1968, Marcel Eloi Rahandi CHAMBRIER devient l'un des membres fondateurs. Il y restera fidèle. Même quand le bateau semble prendre l'eau, dans cette période critique de 1990, où certains "barons" n'hésitent pas à le quitter, Marcel Eloi Rahandi CHAMBRIER affirme haut et fort son appartenance et ses amitiés. "Grande gueule" diront certains, mais homme de parole.

S'il devient président de l'ordre des médecins gabonais (1968-1974), Marcel Eloi Rahandi CHAMBRIER occupe aussi plusieurs postes ministériels dans les différents gouvernements du président Bongo. Député à l'assemblée, il tiendra aussi la présidence de cette institution. Ceci dit, la trajectoire n'est pas linéaire. Il semble que son caractère, parfois jugé hautain, lui ait valu quelques inimitiés. Peu lui importe !

Issu de la noblesse mpongwé, Marcel Eloi Rahandi CHAMBRIER aime à rappeler ses origines et ne se démarque jamais d'une élégance irréprochable, au public comme au privé. La chose a pu déplaire, mais à 83 ans, il ne change pas une ligne à ce registre. Et la voix reste forte.

Retrouvez l'intégralité de cet article dans la version numérique complète

Retournez à la rubrique Gabon politique Gabon
Laisser un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.